.
Baise - moi et meurt  !  Avec les mauvais, les pourris, les égarés, les primaires et les récidivistes, , ce qui est perdu et ce qui pourrait être sauvé  Lundi 
Octobre 22 
News
6 - Tu mettrais l univers entier dans ta ruelle
1 - Eux aussi refusent l Occident.
5 types de gens qui fréquentent Mada
Au Kenya, comme Karen Blixen
Taxi-brousse a Madagascar...
Departments
Antananarivo
Antsirabe
Base de donnees sur Aventure et Aventuriers a Mada , DVD, Romans
Cette esbrouffeur qui etait la terreur de toute les filles de Tulear, non seulement parce qu
Diego Suarez
Fevrier 2009 : putsch militaire
Fort Dauphin
Mahajunga
Mofo Lany un destin d aventurier
Plages a Madagascar
portraits de villes Madagascar
Recolte d experiences accumulees sur le vagabondage
Reportages
Tulear
Columns
A lire
Ambres
Bijoux
PHOTOS
Rubis
Termes & Proverbes
Downloads
Aphorismes
Assurance
Brochure Tulear
Fugawi
Musiques Malgaches
Ressources Internet
Roadbook

Recherches sur le Site:
 
Nouveaux textes, Trésors des années 90 à 2000 , auréolé par la crasse et la pousisère de Tulear- Madagascar connu son apogée .....Retour de l'aéroport de Majunga . Nous étions dans le taxi avec Amina, le téléphone sonne: c'était un appel de France ! A l'autre bout du monde , un homme éploré au téléphone, lui aussi fiancé d'Amina à l'autre bout de la terre. ien les femmes Malgaches ont elles d'amants ? Des inombrables Français crédules qui en plus trouvait moyen d'introduire leur maman dans la relation. Comment gérer tout ça ? Il fallait un ordinateur !
Cette Amina avait roti le balais très tôt du côté d'Ifaty, puis Tulear. C'était une splendide Vezo, surdouée, supérieurement comique
Mais la spécialité d'Amina, c'était les Ombiazy, la sorcelerie, les herbes médicinale du marché petite vitesse de Tana
Photo d'un Ombiasy (sorcier malgache) , on trouve dans chaque village, un sorcier
All Sections | Printable

Nouveaux textes, trésors des années 90 à 2000 - Madagascar connu son apogée

Nouveaux textes, Trésors des années 90 à 2000 , auréolé par la crasse et la pousisère de Tulear- Madagascar connu son apogée .....Retour de l'aéroport de Majunga . Nous étions dans le taxi avec Amina, le téléphone sonne: c'était un appel de France ! A l'autre bout du monde , un homme éploré au téléphone, lui aussi fiancé d'Amina à l'autre bout de la terre. ien les femmes Malgaches ont elles d'amants ? Des inombrables Français crédules qui en plus trouvait moyen d'introduire leur maman dans la relation. Comment gérer tout ça ? Il fallait un ordinateur !

ne cherchez plus ce Tulear dont j'ai tant parlé, il n'existe plus que dans ma mémoire et dans celles de vieux Vazahas nostalgiques qui l'évoquent entre deux cuites dans les bars glauques de Tulear ou les tripots du Vieux Tana Tana

, l'attérissage , après un aterrissage précaire du Sud, insolite dans cette plaine aride, j'aperçois mes premiers palmier nimbés par le ciel tropical avec ces pelotons de petits nuages moutoneux.

L'arrivée à l'aéroport, est épique, plein de filles, terminus des amours magiques, qui accompagn leur vazahas, en larme, des adieux déchirants, 30 minutes plus tard, les mêmes nana en liesse qui souhaitent bTONG SOA uax nouveaux arrivant, Vazaha Voavoa .

remplçant, une rangée symtrique des arrivée -


dans

ainsi vont les amours Tropicaux, vite remplacé , accéléré, vénaux, intenses , on se rencontre, on s'aime , on se quitte, s'écoule un bref temps mort puis un autre homme le remplace, le cycle de la vie recommence ...

Cet aéroport rustique, mythique même , évoquant le trafiquant de Tabatinga, le passeur de diamants, le chercheurs d'or, les contrebandiers venant de pays pourris de l'or noir et de l'ivoire, du pétroles, sembler m'accueillir comme un passager clandestin dans ses abris de fortune, avec ses douaniers véreux, d'un oeil complaisant, glissant dans leur poche le billet de 100 euros en guise de Visa que j'avais introduit dan sle spages de mon passeport.

Il me semble encore apercevoir le 4x4 Mazda jaune du Plazza que Monsieur Rivert avait envoyé pour attendre mon arrivée- Je n'étais plus seul, isolé comme à Roissy, atomisé au mileu des millions de voyageurs venus du monde entier mais pas un ne s'apercevait de mon existence - Ma chambre, la mythique chambre 11, personnage central de mes aventres à Tulear avait été préparée, même quelques cafards au garde à vous avaitent prévenu le smosutiques de me laisser passer la nuit tranquille, ma première nuit à Tulear, c'était toujours n évênement.

Mon premier conatct avec la population, qui m'adulait qui et etc, etc

Voilà c'était mon dernier post - Jamais, je n'écrirai plus jamais une seule ligne sur Madagascar.

les relents de passages louches aux frontières avec le douanier véreux qui d'un geste complaisant glissait dans sa poche le billet de 100 euros inséré dans le passport en guide de visa

Non, ce Tulear n'est plus. Même si chaque flaque d'eau fangeuse, chaque nid de poule, chaque cocotier rêveur l'évoque puissament

Blouno, Blouno, Blouno, Blouno, Blouno, = traduction BRUNO, BRUNO - zé té sercé ao zaza mais ti n'étais pas là - (je t'ai cherché à la discothéque de Tulear le Zaza club mais tu n'étais pas dans l'établissement ) une part de leur sale baragouin de filles de la cote n'ayant jamais mis le pied à l'école , qui faisait exotique les premiers jours devenait agaçant à la longue - ces filles, loin des sottes, on ne pouvait pas échanger 3 idées avec elles - sauf si on avait la chance d'en trouver une une qui étai déjà passée dans le lit d'un vazahas sufisamment longtemps pour qu'il l'éduque , et là c'était un régal - mais de ne pouvoir échanger aucune idée, aucun échange intellectuel devenait lassant en fin de compte - je me demandais comment faisais les vazahas qui restaient en permanence,le choix de ou devenir complétement abruti, ou rester seul en changeant tous les jours de nanas puis de changer de villes lorsqu'ils avaient épuisés tout le stock , ce qui à la longue devenait une vrai corvée - Le luxe et le Nirvana devenait à longue un enfer comme à Paris, où on avait le probléme inverse : c'étaient les nanas blanches qui vous traitez comme de la viande !

remplçant, une rangée symtrique des arrivée -
<link>Retour de l'aéroport de Majunga . Nous étions dans le taxi avec Amina, le téléphone sonne: c'était un appel de France ! </link> A l'autre bout du monde , un homme éploré au téléphone, un esseulé en manque de tendresse, un célibataire qui vient chercher sa pitance émotionnelle auprès d'Amina à l'autre bout de la terre. Avec combien de types ce genre de nanas sortaient elles? "Attends je vais te passer ma mére" ajoute le type en France, il était de Lyon d'après ce qu'Amina disait. Lui passer sa mère ? Nous étions en train de traverser les quartiers pauvres de Majunga, des quartiers pourris, en tole ondulées, des enfants sous alimentés, futures Amina , grouillants dans la saleté et les mouches, et pendant que ces mares boueuses , ses masures sordides défilaient, un type était en train de présenter sa mère par téléphone à Amina assise dans un taxi . Mais je savais qu'Amina était mariée en France. Sans compter les deux ou trois types que je ne connaissais pas qui devaient la divertir à Tana, Tulear, ou ailleurs.Plus moi !! Combien les femmes Malgaches ont elles d'amants ? Des innombrables Français crédules situés au bout du monde, en pleine détresse affective et que consolaient des Venus de bidonville dotées d'un GSM. Et ce gus,de Lyon, qui en plus trouvaient moyen d'introduire leur maman . Le gars de Lyon semblait vraiement mordu. Je ne sais combien d'unités téléphoniques cela devait lui couter. Quand Amina eut terminé avec sa mère , il lui demanda de lui repasser Amina, il ne voulait plus la lacher. J'étais plié en deux de rire sur la banquette car j'écoutais la conversation avec toutes les simagrées que les femmes se croivent obligées de faire à ce type d' hommes comme si elles s'adressaient à des demeurés. . Elle l'appelait son Bébé, elle le cajolait, lui disait "Mon gros Nounours, je vais revenir dans tes bras" (et même dans dizaines d'autres bras, on dirait la déesse Indienne Vichnou , pensais je) . Et qu'elle mourrait d'envie de faire connaissance de sa mère à Lyon. Pour compléter le portrait d'Amina , il suffit de dire : le genre d'individu dont l'existence se résume à une seule et simple question : ou tu as du fric ou tu n'en as pas !

Il y a tant de choses à faire dans le monde - Partez...un billet d'avion coute environ 1000 euro/AR quelque soit la compagnie (certaines à 700/800), comme je vous le disais vous serez sans doute hébergé gratuitement,

Qu'ont donc les voyages de si attrayants pour qu'on les regrette à peine finis ??

Bien des années plus tard, seul et fauché, grelottant et gelés dans la rue à Paris, je me surprendrai à errer dans la brousse malgache, je sentirais les coups de soleil sur ma peau meurtri et mon nom , ce son oublié qu'aucune bouche ne prononce plus jamais depuis longtemps jaillira d'une femme sensuelle et amoureuse.

MADAGASCAR MADE ME ! Sur la photo: Mofo Lany - Aventurier .

Sur la Piste des Charettes d'Androka et Fort-Dauphin . Ici, la Plaine des Baobabs, arbres sacrés, carrefour des Ombiasy, entre sortilèges et miracles.

A ras de terre, ils vivent sous le soleil du tropique une existence virile et triviale, en ombres chinoises,


 Cette Amina avait roti le balais très tôt du côté d'Ifaty, puis Tulear. C'était une splendide Vezo, surdouée, supérieurement comique
©2018 Mofo Lany Enterprises