Baise - moi et meurt  !  Avec les mauvais, les pourris, les égarés, les primaires et les récidivistes, , ce qui est perdu et ce qui pourrait être sauvé  Mercredi 
Novembre 22 
News
Patpong, Papeete, La Havanne, Pattaya,
6 - Tu mettrais l univers entier dans ta ruelle
3 - Notes pour un film sur Madagascar
Archives 10 ans d archivage de ce site web
AVENTURE
B- Itineraire GPS
Ca s est passe a Tananarive
Forum Mofo Lany sur Madagascar
HOTELS
RESTAURANTS
Departments
0 - MYTHOLOGIES
Pieges
1 - Extraits de Baise-moi et Meurt - Telechargements
0 - La vie de mofo lany aurait a elle seule pu faire l objet d un roman
2 - Une femme, des bars
3 - Enregistrement extrait dans ma base de nana
4 - cartographie litteraire collaborative sur Madagascar
5 - recits hommes murs plumes par de belles nanas
6 - Exploitation del iconographie de ce site WEB
7 - Chasse a l homme a Madagascar en octobre 2005
8 - L'Enfer des poufiasses à 10 000 km de Paris
Antananarivo
Antsirabe
Diego Suarez
endroits qu il adulait
Fort Dauphin
Jean Marie
Mahajunga
Mofo Lany un destin d aventurier
Patrick Couplan
Patrick Fourlinie
Plages a Madagascar
portraits de villes Madagascar
Recensement
Reportages
Tulear
Columns
A lire
Ambres
Bijoux
PHOTOS
Rubis
Termes & Proverbes
Downloads
Aphorismes
Assurance
Brochure Tulear
Fugawi
Musiques Malgaches
Ressources Internet
Roadbook

Recherches sur le Site:
 
Paris le mardi 18 novembre 2017- L'Afrique était notre vraie patrie, le lieu idéal pour satisfaire notre boulimie d'émotions et d'aventures. Et les débris de ces moments intenses jonchent le web , rapportés sur le rivage comme des algues par les moteurs de recherches . Tant mieux . . Et que de ces milliers d'écrans jaillisse un peu de l'intensité de nos nuits enragées , qu'un peu de poussière rouge s'échappe de votre machine, que quelques gouttes de sueur de la peau brulante des filles de Madagascar vous entraine , leur chant résonne encore dans ma tête comme il résonnera peut être un jour pour vous .Mandrapiona - Mofo Lany






Les femmes malgaches sont folles des Européens . Pièges....Ma perdition - Ce voyage est un suicide - dit on - s'ils ont accépte de céder à toutes les tentatrices . Femmes.....Femmes.....Femmes.....Femmes.....J'en rêvais, j'en voulais la luxure, des sulfureuses, des ensorcelantes, exotiques..Mais ça se termina mal ... EXTRAIT Des enfers de Klong Toï aux puanteurs du Canal Andriantany "Il fallait être un idiot pour se fourrer dans une situation pareille - Madagascar, on y allait tous pour ça. Et jamais je n'aurais cru que cela pourrait m'arriver à moi aussi. A moi , un Vazaha endurci, se faire piéger par une Malgache de 22 ans . Pourquoi ne m'a t elle pas tué ? C'est normal dans ces cas là . Elles ont l'habitude . C'est la routine pour elles. Leurs corps magnifiques nous font rêver...et mais j'ai été l'homme le plus heureux du monde avec la mort aux trousses. Midnight Express Voilà ce qui a failli m'arriver et que je raconte sur ce site, j'ai beaucoup de chance d'être encore là !
Tous ces mecs qui venaient se faire plumer à des dizaine de milliers kilométres de chez eux ! Rien ne pouvait les faire démordre de cette idée fixe.
On est trés loin de Paul et Virginie (célèbre roman du XIX éme siécle qui se déroule dans l'Océan Indien ) , des iles désertes peuplées de gentils sauvages qui grimpaient en haut des arbres pour quérir des fruits savoureux. . Il faut se méfier de tout et bien vérifier lorsqu'on vous rend la monnaie : il manque toujours un ou deux billets . Cela donnait à réfléchir . Quant à moi, je cherchais d'abord un médicament de transition, une fille cool et sympa avec de la classe . Aprés m'être doté d'une base solide dans cet illustre Cabaret, escorté par les conseils de Jacky, requinqué par les habituées du Glacier, je me sentais d'attaque pour partir à la découverte de la Grande Ile.

et autres qui s'était fait hébergé par une nana qui l'avaient complétement dépouillé. Il n'avait plus aucun probléme d'excédent de baggages à son retour ! Elle ne lui avait laissé que son slip et ses chaussettes. Tout a commencé par une banale rencontre.
Vous déjà retrouvé dans un hiver glacial et sans chauffage de préférence ? Seul sous les toits ? Personne à qui parler pendants des mois , noyé dans une grande ville ? Tout cela, semblait lointain, irréel à Simon. C'était si étranger qu'il doutait même l'avoir vécu. Depuis des mois qu'il avait débarqué à Tulear, il vivait dans le giron de femmes magnifiques qui le dorlotaient. Mais celle-là était spéciale ..Elle était en plus , jalouse. Jalouse ? Lui que les femmes rembarraient à Paris à peine il levait les yeux sur leurs gros nichons, lui qui vivait sous la menace permanente de comparution immédiate pour attentat à la pudeur, comme une épée de Damoclés quand il suivait les femmes dans Paris,le soir à la sortie des bureaux, dans la RATP ? Lui le familier de la Rue Saint Denis et de Pigalle . Lui, s'empiffrant goulûment de sa pitance hebdomadaire de films pornos et de revues X tous les samedi soir ? Cette femme était pour lui, comme un don de Dieu, une offrande , un cadeau du destin pour compenser toute une vie de ratages et d'échecs sentimentaux et financiers.

L'avion atterrit à Antananarivo , je ne sais pas ce que j'attends, il y a de quoi imaginer des scénarios : des filles très belles, des pistes dangereuses, des aventuriers intrépides,


Jeudi 16 novembre 2017 - Les Makorelinas du Zaza Club, les entraineuses du Mozambique, les jineteras du Malecon, les clandés de Papeete , les Jiolahin'bavy du Glacier et autres Patpong, , Pattaya, La Havane et Abidjan ..D'autres filles et d'autres lieux ... les petits hôtels et les combines foireuses, les regards désagréables et les mauvaises rencontres, la drogue, les harcèlements et les vols, une fleur parfois de temps à autre qui se fane malheureusement très vite ou disparait , tout le monde connait désormais ce genre d'histoire, le cinéma et les livres, la presse et la télé en sont remplis . Mais connaissez vous Ambositra - Antsirabe - Fianarantsoa- Tulear - bleds paumés inimaginable mais apothéoses de chair heureuse à tous les coins de rue ? Les paumés de Nanterre et de Carcassone deviennent amnésiques et changent de nationalité en attendant le jour éternellement différé de leur retour en France. (à suivre)











La fille marche dans l'après-midi à quelques pas devant moi. Pantalon de teinte sombre ajusté sur les hanches, étroit le long des jambes, bras nus. Démarche souple, allure tranquille, tout est beau, net, irréprochable. C'est la troisième de la journée. Elle est métisse Mauricienne, j'imagine Halle Berry à vingt ans.
La regarder me procure un plaisir violent.. Je me baladais du côté d'Ambatomena et je l'ai tout de suite remarquée : elle essayait des tee shirts en public chez un vendeurs de frippes assis sur le trottoir , se déshabillant , mettant en valeur son torse musclé, exhibant la carnation insolente de sa peau exotique. Je la raméne chez moi, un taudis que que je loue 60 000 arya ( 10 euros ) mensuel à une matronne rusée et hypocrite. La chambre est située dans les quartiers pauvres, sales, non sécurisés… Je suis toujours stupéfait de la vie intense qui fourmille dans ces quartiers surpeuplés..Des petits enfants et des bébés malgaches grouillent sur le trottoir et presque sous nos pieds. Les rats pullulent, sans parler du toit qui goutte quand il pleut, Evidemment, une telle habitation n’est pas branchée à l’eau potable et souvent, elle n’a pas non plus l’électricité. Mais cette fille princière dans ce décor de gadoue annihilie la souillure du réel , je me retrouve dans un état de privation sensorielle pour tout ce qui ne concerne pas cette panthére surgie d'un film de James Bond dans l'Ile du Docteur No. Dans quelques minutes, même ici, ce sera le Niravana !!!


©2017 Mofo Lany Enterprises